Trois retours d’expériences professionnelles à l’international, qui démontrent en quoi le silence peut-être un allié efficace dans nos relations interculturelles.

On a tous connu un collègue qui ne peut s’empêcher de prendre la parole en réunion, même quand cela n’est pas nécessaire, juste pour montrer qu’il est bien là ou qu’il a bien compris… En effet, Le silence est un mode de communication difficile à concevoir pour beaucoup de Français.

Lorsqu’ils sont en inter-action avec d’autres, l’absence de bruit les mets dans une position inconfortable. Ils ressentent le silence comme de l’inertie alors que leur volonté est d’agir. Ils prennent la parole, répètent ou reformulent ce qui a déjà été dit, ils brassent des mots pour combler les silences et montrer qu’ils sont là.

Pour autant, cette spécificité française peut parfois nous faire commettre des impairs à l’international.

Le silence est nécessaire à la réflexion en Finlande

Une entreprise finlandaise témoigne suite à un appel d’offre : nous n’avons pas choisi le produit français juste à cause de la présentation. Le vendeur français n’arrêtait pas de parler et de se répéter, sans doute qu’il ne supportait pas nos moments de silence. Dommage pour lui !

Dans les Pays-Scandinaves et en Russie par exemple, les moments de silence sont nécessaires à la réflexion. Les flux de paroles ont plutôt tendance à générer la fuite que la coopération.

Silence pour ne pas perdre de temps en Allemagne

Une trentaine de managers allemands sont réunis en AG. Le directeur financier de la filiale française présente les prévisions de résultats et les objectifs annuels pour les 5 années à venir. Grand silence dans la salle.

Le DAF prend cela pour de l’ennui. Il élève alors la voix pour éveiller son auditoire, réduit le temps de la présentation et accélère le débit de ses propos. Pourtant, son interprétation est erronée.

Dans de nombreux pays de cultures germanique, anglo-saxonne et asiatique, lors des réunions ou des présentations, si les personnes sont intéressées elles se taisent et écoutent en silence. Elles ne ressentent pas le besoin de manifester leur intérêt en confirmant ou répétant ce qui est dit. Ce sont pour eux des pratiques individualistes qui leur font perdre du temps.

Silence pour favoriser l’harmonie et la confiance en Chine

Une délégation française rencontre une délégation Chinoise pour leur proposer un partenariat. Les Français présentent leur projet aux Chinois qui les écoutent attentivement sans aucune réaction. Déstabilisés par le silence, les Français demandent régulièrement aux Chinois si tout est clair pour eux, s’ils comprennent bien ce qu’ils disent. En réaction, différents membres de la délégation Chinoise leur posent et reposent les mêmes questions.

Les Français interprètent cela comme de la non compréhension et ré-argumentent. Ils reformulent ce qu’ils ont dit avec plus de détails et des mots différents. Au final, ils font tout ce qu’il ne faut pas faire.
En effet,

En effet, dans la plupart des pays de culture asiatique, les moments de silence sont nécessaires à l’harmonie. Ceux qui répètent ce qu’ils ont déjà dit de façon différente ne vous disent pas tout et/ou vous cachent des informations. Ceux ne savent pas se taire sont dangereux, car il arrivera toujours un moment où ils vont trop parler.

 

Aujourd’hui, dans les relations internationales, la qualité est un tout. Pour conquérir des marchés, démontrer un avantage concurrentiel, vous devez démontrer la qualité de vos produits, de vos procédures et de vos méthodes. Mais aussi la qualité de votre future relation. C’est à dire votre propre qualité, celles de vos collègues et collaborateurs.

Or, dans bon nombre de cultures autre que la nôtre, le silence est d’or ! Dans ces pays, une relation de qualité est une relation harmonieuse. Si vous générez un environnement bruyant vous générez une sensation de désordre. Si vous générez un environnement apaisé vous générez une sensation d’ordre et de justesse.

Voilà pourquoi aujourd’hui, avoir de bonnes relations avec ses clients internes ou externes est une compétence qui se développe en considérant les aspects culturels de chaque nation avec laquelle on interagit. Et c’est la mission qui est la nôtre au travers des formations Culture Courses.

Illustration : Le Chat de Philippe Geluck