Nos cultures conditionnent nos apprentissages et nos apprentissages font notre culture, entrez dans la boucle dynamique qui agit au coeur de notre adaptation sociale.


Programmés pour apprendre

Depuis qu’ils existent, les êtres humains ne cessent d’apprendre, certains disent même que le besoin d’apprendre est inscrit dans les gènes de tout être vivant, qu’il est un besoin physiologique inné, comme peuvent l’être les besoins de respirer ou de s’alimenter.

Pourquoi cela ?

Parce qu’apprendre permet aux individus de s’adapter à leurs environnements pour y trouver une réponse à leurs besoins humains, comme par exemple :

  • s’adapter aux exigences de la vie sociale,
  • s’adapter aux contraintes et aux évolutions de son environnement,
  • exploiter et profiter des ressources disponibles, …

Ap-prendre nous permet de profiter du monde qui nous environne

Dès notre naissance nous commençons à apprendre en nous alimentant d’informations et de connaissances, nous recevons une éducation, faisons des études et obtenons des diplômes qui certifient des connaissances acquises.

Inévitablement, que nos environnements ou nous-même évoluons de façon lente ou brutale, il arrive toujours des moments dans notre vie où nous devons nous adapter à des situations nouvelles.

C’est pourquoi…

… ceux qui ont conscience que leurs savoirs dévaluent aussi rapidement que leur environnement évolue,

… ceux qui savent remettre en cause leurs connaissances acquises,

et ceux qui s’alimentent en continu d’informations et de connaissances utiles,

… savent beaucoup mieux que d’autres s’adapter aux évolutions de leurs environnements et y trouver une réponse à leurs besoins humains.

A tout âge, tout individu peut au minimum réaliser chaque jour une expérience nouvelle, échanger avec d’autres, lire un article, écouter une émission ou visionner un documentaire pour retenir une information utile. De cette manière, il pourra entretenir sa culture d’apprentissage pour profiter de son environnement.

Notre « Culture d’apprentissage » est faite des options que nous prenons

Une « Culture » est un ensemble de valeurs fondamentales que nous cultivons pour vivre ensemble dans un environnement.

Un « Apprentissage » est un processus d’acquisition de certains savoirs, savoir-faire, savoir-être et savoir-devenir.

De façon à faciliter l’adaptation de ses membres à son environnement, chaque société nationale valorise et enseigne certains savoirs plutôt que d’autres. Elle opère au moyen de ses systèmes éducatifs et de formations.

Exemples :

  • La culture du « savoir » en France avec la forte valorisation des connaissances théoriques, des diplômes et du travail individuel, la dimension cognitive des études scolaires et universitaires basées sur la transmission du savoir.

  • La culture du « savoir-faire, savoir-être et savoir-devenir » en Grande-Bretagne avec la forte valorisation des expériences et des habiletés, des compétences pratiques et potentielles, de la dimension affective et sociale des études basées sur les travaux de groupes et la gestion des flux d’informations.

  • La culture du « savoir, savoir-faire, savoir-être et savoir devenir » en Allemagne avec la valorisation des diplômes et/ou de l’expérience suivant l’âge et le métier, la dimension agile et sociale des études basées sur la complémentarité des activités d’apprentissage individuelles et collectives, théoriques et pratiques.

En fonction de son environnement politique, économique et social mais aussi de son histoire et des moyens dont elle dispose, chaque société valorise certain(s) savoir(s) plutôt que d’autre(s).

Elle met en place la stratégie pédagogique qui lui semble adaptée, puis évalue à sa façon l’atteinte de ses objectifs ; elle génère ainsi une « Culture d’apprentissage » qui sera plus ou moins adaptée à son environnement passé, présent ou futur. Tout dépendra du savant équilibre de ce qu’elle valorise.

Comme toute « culture », une « culture d’apprentissage » est un système de valeurs, c’est à dire un certain nombre d’options que nous prenons dans le temps et dans l’espace pour nous adapter à notre environnement.

Pour rester en bonne santé, nos cultures doivent évoluer avec leurs environnements

Prenons l’exemple de l’évolution de la « culture d’apprentissage » en France.

Notre première grande « Culture d’apprentissage » fut celle du compagnonnage qui s’est développée à partir du XIème siècle avec la construction des cathédrales, puis déclina avec l’industrialisation au XIXème siècle.

Cette culture d’apprentissage était fondée sur 3 Valeurs fondamentales toujours admirables : le savoir-faire, la mobilité et le partage. Pour autant, elle dépendait de corporations qui à une époque n’ont pas su adapter leur système de valeurs à l’évolution de leur environnement social, économique et politique.

La mise en place des procédés de fabrication industriels, le développement de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, la forte valorisation des études et des diplômes via les systèmes de recrutement, de rémunération et d’évaluation dans les grandes entreprises et les administrations, ont modifié fondamentalement notre culture d’apprentissage. Et il la conditionnent toujours aujourd’hui.

L’évolution est en marche !

Comme autrefois, où les corporations n’ont pas su adapter leur culture à l’industrialisation, d’autres institutions ont aujourd’hui beaucoup de difficultés à s’adapter à la mondialisation et à la digitalisation.

Une magnifique Université des Compagnons du Tour de France est pourtant en train de renaître à Arras,

de nombreuses écoles et Universités réintègrent des formations aux Humanités dans leurs cursus,

de nombreuses entreprises mettent en place une digitalisation de leurs formations et commencent à projeter des formations collaboratives intra ou inter-entreprises,

Tout cela démontre que notre culture d’apprentissage est vivante, qu’elle bouge et qu’il y a des volontés pour la faire évoluer, il ne reste plus qu’à notre système éducatif et à l’administration des formations à faire sa révolution culturelle.

Dans l’adaptation de votre culture d’apprentissage à votre environnement, nous vous conseillons une attention particulière aux 3 points suivants :

  1. Maintenir un équilibre dans l’acquisition des savoirs, savoir-faire et savoir-être.
    Une formation ne peut pas répondre aux besoins d’une société si ces 3 apprentissages ne sont pas développés de façon transversale et complémentaire.
  2. Ne pas confondre les objectifs et les moyens.
    Exemple : la digitalisation et les réseaux sont des moyens pédagogiques, pas des objectifs.
    Les moyens pédagogiques sont mis en oeuvre pour faciliter l’acquisition des savoirs, savoir-faire et savoir-être ciblés, exprimés en termes d’objectifs de connaissances, de compétences et d’attitudes. Les moyens participent à l’atteinte des objectifs mais ne les font pas.
  3. L’évaluation finale des formations.
    Outre le fait qu’elle fournit un feed-back utile aux apprenants, l’évaluation permet de cerner la pertinence des objectifs et des « Valeurs » valeurs cultivées par une formation, il est de ce fait bon de les concevoir en parallèle.

Pour ce qui concerne Culture Courses, nous pouvons participer à l’évolution de votre Culture d’apprentissage au moyen de nos parcours de formation « Cultures », disponibles à partir de septembre 2017, que nous vous invitons à découvrir sur https://www.culturecourses.com